Solidarité Mondiale tente également de faire comprendre les réalités de nos partenaires et des travailleurs d’ici dans le nord, en Belgique. Ainsi, j’accompagne actuellement une équipe de tournage pour la RTBF Questions à la Une, qui réalise un documentaire sur l’industrie de textile au Bangladesh, et se focalisent particulièrement sur les produits chimiques utilisés. Voici plus ou moins ce qu ej’ai fait comme intervention.

Pour rappel, le secteur du textile au Bangladesh regroupe 5.600 usines et 4 millions de travailleurs et produit 81% de l’exportation du Bangladesh, surtout pour l’Europe et les Etats-Unis.

Les produits utilisés lors de la confection pour l’exportation causent souvent des irritations ou des allergies chez les vendeurs ou consommateurs en Belgique, mais alors imaginez les effets chez des travailleurs du secteur qui sont exposés 10-12h-14h chaque jour à ces produits! 
Gonoshasthaya Kendra (GK) ou People’s Health Center, notre partenaire au Bangladesh, offre ici des soins de santé aux travailleurs/ses du textile. Beaucoup les consultent pour des problèmes respiratoires, d’infections ou des maladies de peau. Une étude récente démontre que 40% des travailleurs prennent des médicaments.  Quand le salaire minimum n’est que de 54€ par mois (mais ne représente que 0,6% dans le coût d’achat d’un t-shirt en Belgique), dépenser 5-10 ou même 20€ par mois en frais médicaux est énorme. Les syndicats réclament 82€ et l’Asia Floor Wage Alliance estime même le minimum nécessaire pour une vie digne à 240€ par mois pour une famille de trois… On en est loin! 

Ainsi, GK a mis sur pied un système de mutuel pour eux, où ils cotisent en fonction de leurs revenus et ont ensuite accès aux soins de santé et des médicaments qui sont produits par GK au prix coutant. Mais ils visent mieux: avec notre autre partenaire au Bangladesh, le National Garment Workers Federation, un syndicat de travailleurs du textile, ils tentent de mettre sur pied une couverture universelle tripartie pour les travailleurs du textile. Selon leur projet, un tel système aura un coût de 28€ par an par personne, un coût qui, pour être durable, doit provenir de contributions des employeurs, des travailleurs et de l’état du Bangladesh pour couvrir au moins 50.000 adhérents et les membres de leurs familles. Ainsi, Solidarité Mondiale et nos partenaires travaillent pour la protection sociale, un des piliers du travail digne qui constitue la mission de Solidarité Mondiale.
Un autre aspect qui vaut la peine de souligner quand on parle de la santé et de la sécurité au travail, est l’Accord conclu après l’effondrement du Rana Plaza avec 1138 morts. Cet Accord a mis en place des inspections d’usines avec l’implication du gouvernement du Bangladesh, des grandes marques de vêtements, des fournisseurs locaux et des syndicats, et est présidé par l’Organisation Internationale du Travail. C’est une première dans le monde, qui donne des résultats beaucoup plus objectif auprès des 1500 usines déjà inspectés que des inspections unilatérales peu efficace ou corrompue, ou le système de Corporate Social Responsability qui donne finalement peu de garanties. Une marque qui commande chez un fournisseur au Bangladesh a souvent difficile de vérifier tous les aspects de la production, comme beaucoup se fait en sous-traitance. Malheureusement, actuellement les inspections de l’Accord se limitent aux aspects d’infrastructures et de la sécurité, mais le même modèle pourra servir parfaitement pour examiner les produits utilisés et garantir qu’elles ne sont toxiques, ni pour les travailleurs, ni pour les consommateurs.
En tant que consommateur, en Belgique, nous avons plus de pouvoir que nous l’imaginons vis-à-vis des marques… elles sont très attentives à l’opinion de leurs clients! Ce qu’on peut donc faire, avant d’acheter tel t-shirt ou tel pantalon, c’est demander au vendeur s’ils savent si ce t-shirt ou pantalon ont été faits dans des bonnes conditions de travail, si la marque vérifie les produits… Ça peut également passer par une interpellation des marques sur Internet ou via les réseaux sociaux… Solidarité Mondiale est active dans le réseau achACT qui propose d’ailleurs aux consommateurs et citoyens des pistes d’action pour se mobiliser!
Advertisements